Retour aux sources

Me revoilà chez moi mes parents pour quelques jours, dans le sud-est de la France, région où j’ai grandi! Déjà plus de 20 ans que mes parents habitent ici et je ressens toujours le même plaisir, la même envie de revenir y passer quelques jours, voire quelques semaines (quand j’en ai la possibilité).
Et encore plus quand on se sent au Printemps en plein mois de Novembre! Quel bonheur de partir galoper en pleine nature, de se retrouver au milieu des pins et des oliviers. Bref, vous l’aurez compris, j’adore ma campagne et davantage lorsque je fais du sport.

Des blogueuses que je suis, j’en vois quelques unes qui regrettent parfois leur région (souvent le sud) et qui se délectent à chaque passage des avantages et des souvenirs que nous offre ce retour aux sources! De nouveau le calme, le grand air, loin des tumultes de la vie parisienne.
 
Paris…
Oui Paris est une très belle ville, une capitale riche au sens propre comme au sens figuré! Riche de culture, du brassage des gens, de bruits et d’odeurs. Elle nous offre tout comme elle nous prend beaucoup. Du temps, de l’argent, de la patience… Habiter Paris c’est habiter avec des milliers d’autres personnes, c’est partager les allées de parcs ou des bois de Boulogne et Vincennes lors de nos runs quotidiens, c’est slalomer à vélo entre les voitures, piétons et autres obstacles, c’est nager voire souvent barboter dans les lignes d’eau, au milieu de nombreux nageurs… Bref faire du sport à Paris c’est magique mais c’est souvent contraignant!
Même si tout le monde n’a pas la chance d’aller courir au pied de la Tour Eiffel ou aux portes du Jardin de Versailles, ma chère Provence me manque (surtout) lors de mes séances sportives. Car après avoir connu les grands espaces, le complexe sportif à 10 min à pied, les sorties vélo du mercredi après-midi au milieu des champs de vigne ou d’oliviers avec vue sur le Mt Ventoux ou les séances de course à pied sous les pins, alors là oui, il devient difficile parfois de s’accommoder de la vie et des terrains de jeux sportifs que nous propose cette ville pourtant magnifique!

Les quais de Paris! Un beau cadre pour courir mais parfois un peu trop embouteillé...
Les quais de Paris! Un beau cadre pour courir mais parfois un peu trop embouteillé…

 
Le sud…
C’est une autre histoire! Une belle histoire d’amour que je partage depuis l’âge de 6 ans. Grandir dans une ville, la voir évoluer, se développer c’est aussi très particulier. Je ne reconnais pas les routes empruntées 10 ans auparavant car de nouveaux lotissements ont été construits, mais je retrouve toujours les mêmes odeurs de feux de bois, l’hiver arrivant, ou des champs de lavande en fleurs, l’été approchant. Les saisons passent et se ressemblent certes, mais c’est souvent ce que je regrette habitant Paris. Lorsque je me retrouve à arpenter les chemins des paysages drômois alentours, je me sens à nouveau dans mon élément. Car cette région m’a vue grandir, elle m’a rendue plus forte grâce aux nombreuses activités sportives pratiquées, plus respectueuse de cet environnement, et surtout amoureuse des paysages changeants au rythme des saisons! Hier et demain encore, j’éprouverai autant de plaisir à aller courir, même si les chemins empruntés l’ont été des dizaines de fois. Ce sont des sensations dont je ne me lasse pas et que j’emporte toujours dans un coin de ma tête. Courir permet vraiment de faire le vide, mais courir dans le sud me permet avant tout de me ressourcer et de revenir parfois à la réalité de la vie, loin des paillettes parisiennes!

Run avec vue sur le mont Ventoux!
Run avec vue sur le mont Ventoux!

Car, aujourd’hui, ce qui me manque le plus c’est… La nature. Même si Paris, même si les grandes villes nous offrent beaucoup d’avantages, je n’y retrouve pas les paysages qui ont accompagné mon enfance et je pense que je ne m’habituerai jamais vraiment à ce rythme de vie.
J’espère bien un jour retrouver une vie plus calme, mêler activité, richesse humaine et diversité, à la nature et au calme d’une maison douillette! Le juste équilibre en soit.

En attendant ce futur plus ou moins proche, je profite de ces instants de douceur. C’est sans doute pour toutes ces raisons que j’ai eu envie de participer pour la première fois à un trail (qui est par essence une course nature).

Le trail, une course par essence en pleine nature!
Le trail, une course par essence en pleine nature!

Peu importe le résultat, j’aurai la chance quoiqu’il arrive, de courir et d’observer avec toujours autant de plaisir ces paysages provençaux!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.